de-ci, de-là, nouvelles d'ailleurs

Nord Express

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 1er mars 2017

Un belge a eu l'idée saugrenue de peindre de couleur pastel les rochers dans une très belle vallée. Ce lieu est maintenant célèbre et fréquenté. On peut y bivouaquer dans l'espace et le calme !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il me reste peu de temps si je veux assurer ma promesse de passer le week-end du 10 mars avec Tristan en camping-car. Je prends donc la route d'Agadir pour commencer ma remontée vers le Nord. Les paysages traversés par une route étroite et viroleuse sont superbes, d'abord des montagnes arides, une vallée plantée d'arganiers, puis, en descendant, des régions de plus en plus fertiles. Agadir et sa région sont les fournisseurs de primeurs, fruits et légumes du Maroc.

L'entrée d'une grande ville est toujours un chaos, collégiens, charrettes, vélos, camions, bus se disputent les rues poussiéreuses.

Agadir est une ville très touristique dont le nom évoque pour moi une grande catastrophe qui a eu lieu quand j'étais enfant. Je n'ai pas envie de m'y arrêter et continue vers le nord, le long de la côte pour m'arrêter à Imorane dans un camping « luxe » et cher qui étire ses rues bordées de dizaines de camping-cars jusqu'à l'océan.

Je fais une balade sur la côte où les vagues se brisent avec bruit. Des surfeurs semblent apprécier ce site. Les masures de pêcheurs, pressées les unes sur les autres, s'accrochent sur un espace aussi étroit que précaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les plantes grasses embellissent les masures des pêcheurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 2 mars 2017

Mon but du jour est Essaouira, ou peut-être un endroit plus au nord. La route suit d'abord la côte puis grimpe raidement dans la montagne. Les arganiers sont partout, couverts de fruits jaune/vert. Des petits stands aux grandes coopératives, on propose l'huile d'argan, alimentaire et cosmétique, c'est la grande ressource de la région.

 

Essaouira est une station touristique réputée, pleine de grands hôtels. Une brume légère voile l'océan. Je m'arrête pour déjeuner puis continue par la nationale 1. J'oblique vers Safi, assez grande ville portuaire. J'aimerais continuer jusqu'à Oualidia qui se trouve encore à une soixantaine de kilomètres de route côtière. Mais la nuit tombe vite et la durée des trajets reste aléatoire, aussi je reste prudemment au camping municipal, quasiment à l'abandon, de Safi.

 

Vendredi 3 mars 2017

La journée commence par 25 km d'une route défoncée qui m'incite à prendre l'autoroute à péage ! Une fois n'est pas coutume. Celle-ci est vide jusqu'à El Jadida et traverse une grande plaine agricole qui se poursuit jusqu'à Casablanca. Je visiterai cette ville une autre fois, je continue jusqu'à Rabat, la circulation est plus dense maintenant.

 

Il y a beaucoup de travaux dans la capitale, j'atteins la Kasbah des Oudayas, au bord de l'oued qui sépare Rabat de Salé. Il y a un parking où l'on peut rester la nuit. C'est très pratique pour visiter la kasbah et la Medina, ce que je fais derechef !

 

 

 

 

 

 

 

 

La Kasbah des Oudayas est superbe, toute blanche et bleue. C'est un petit quartier sur une hauteur où des rues étroites serpentent jusqu'à une vaste place, la plate-forme de l'ancien sémaphore d'où la vue est très belle sur la plage, Salé, les remparts.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Medina n'est pas très spéciale, la grande mosquée est totalement cachée par les boutiques des ruelles couvertes. La promenade le long de l'oued Bouregreg est très prisée. On peut traverser en barque jusqu'à Salé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je fais la connaissance d'un couple sympathique du Var, il est marocain et elle est allemande née au Chili ! Le soir, Karin vient boire un verre et papoter avec moi, c'est bien agréable.

 

Samedi 4 mars 2017

Le temps n'est pas trop mauvais à Rabat ce matin, mais il va se dégrader de plus en plus. Je fais alternance d'autoroute et de nationale. Je n'ai presque plus de dirhams et le pompiste me fait le plein, alors que j'ai demandé 500 dirhams. Je n'aurai pas assez d'argent pour rallier Tanger Med par l'autoroute. Il me faut prendre la nationale pleine d'eau et de boue par une pluie battante et un vent à décorner les bœufs. A Assilah, je vais au distributeur et peut reprendre l'autoroute car, par ce temps, c'est quand même moins stressant que les petites routes pleines de trous remplis d'eau.

 

A Tanger Med, le vent est très violent et la circulation des ferries interrompue. Il faut attendre. Je n'ai pas envie de rester ici et de visiter Tanger car le temps est vraiment trop horrible. Je visiterai cette ville la prochaine fois !

 

Vers 15h30, je peux valider mon billet open. Un ferry devrait pouvoir partir dans les heures à venir. La Douane marocaine possède un engin bizarre, une sorte de scanner pour véhicules. Il faut rester dehors pendant le passage de la machine. Hélas, quand c'est mon tour, elle tombe en panne ! Le vent est déchaîné et la pluie n'arrange rien. Après, quelques temps, l'engin peut repartir... j'imagine la queue plus haut !

 

Le ferry ne partira qu'à la nuit. La mer n'est agitée qu'au moment de la sortie du port. A Algéciras il a beaucoup plu, comme en témoignent les immenses flaques d'eaun mais le temps est calme.

 

Ces 7 semaines au Maroc ont été profitables puisque je rentre avec un camping-car comme neuf, du moins de l'extérieur... j'ai vu des paysages magnifiques, rencontré des gens sympathiques. Beaucoup de choses, que d'aucuns trouvent traditionnelles, me paraissent archaïques. Je ne parlerai pas de la position de la femme qui me semble bien peu enviable, comme celle des ânes !

 

Je pense que je reviendrai dans ce pays, car je n'en ai vu qu'une partie et certains lieux, comme Merzouga, valent largement une autre visite.

 

 

 

 


Publié à 16:59, le 9/03/2017, dans MAROC hiver 2017, Barcelone
Mots clefs :


Commentaire sans titre

23:30, 16/03/2017 .. Publié par Anne Darras
Une bien belle ballade, et maintenant un bon moment avec Tristan,

Bisous


{ Page précédente } { Page 1 sur 243 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Alaska
Argentina 5
Argentina 6
Argentine 1
Argentine 2
Argentine 3
Argentine 4
Belize
Bivouacs
Bolivia 1
Bolivia 2
Bresil
camping car
Canada 1 et 2
Canada 3
Chili 1
Chili 2
Chili 3
Chili 4
Colombie
Costa Rica
Cuba
El Salvador
Equateur
Guatemala
Honduras
MAROC hiver 2017
Mexique
Mexique 2
Mexique 3
Nicaragua
Nouvelle Zelande
Panama
Paraguay
Perou
Preparatifs
Traversee a bord du Grande Congo
Traversee de Cartagena a Panama
Uruguay
Uruguay 2
Uruguay 3
USA 1
USA 2
USA3

Derniers articles

Nord Express
De la vallée du Draa à Tafraoute
La vallée du Dadès et Ouarzazate
Maroc : Neige et dunes
Maroc ; Les viles impériales

Sites favoris

Bivouacs de voyageurs i Overlander
Expéditions5
Blog de Véronique et Patrice
Village amazonien avecLodge
Camping à Ibarra
Overlander Oasis, camping à Oaxaca
Super spot nord Costa Rica
Louis et Danièle Lalaguna
Marie-Jo et Claude, voyageurs impénitents épris d'oiseaux
Christine et James, Toyota + Azalaï

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email