de-ci, de-là, nouvelles d'ailleurs

Panama City et Colon

Jeudi 22 mai 2014

Après avoir échangé mails et coups de fil avec Seaboard Marine, nous partons, à pied, à la découverte de Panama City, en longeant la baie vers la droite où se trouve la presqu'île de Casco Viejo, le vieux quartier colonial. Tout n'est que contrastes : forêt de tours de verre, murs lépreux et moisis des maisons modestes, avenues à voies multiples et échangeurs, rues inondées à chaque averse, richesse insolente et pauvreté nonchalante...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le marché aux poissons, on arrive vite dans la vieille ville qui est bien plaisante. Peu de maisons coloniales ont résisté aux incendies, mais de jolis bâtiments à la française, des maisons en bois comme à la Nouvelle-Orléans, côtoient des presque ruines habitées par des familles plus que modestes qui y survivent avant d'être chassées par des promoteurs qui vont construire des appartements de luxe pour bobos panaméens. Un mélange étonnant qui donne son atmosphère si particulière au Casco Viejo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ferdinand de Lesseps

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les quartiers modernes derrière la route "marine" qui fait le tour de la vieille ville

 

 

 

 

 

 

Très bon déjeuner de pizzas au « Per due », puis je réserve pour les nuits suivantes une chambre (sans airco) mais avec balcon dans un hôtel de backpackers. Je ressens déjà les effets néfastes de l'air conditionné poussé à fond dans tous les bâtiments...

On visite le Musée du Canal, dont une partie est fermée pour restauration. On y apprend plein de choses sur les débuts du Panama colonial et l'histoire de Nuňez Balboa, son fondateur. Puis, des salles illustrent tous les aspects de la construction du canal, d'abord la période française de Ferdinand de Lesseps, endeuillée par la mort de milliers de travailleurs (fièvre jaune, malaria) et qui se termina dans une débâcle financière. La reprise de la construction en 1903 par les Etatsuniens et les développements techniques et médicaux (découverte de la cause des fièvres : le moustique) qui leur permirent de l'achever en août 1914. Cette manne financière est dans les mains des panaméens depuis 1999.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à pied à l'hôtel.

 

Vendredi 23 mai 2014

La sinusite et le mal de gorge augmentent ! Nous allons à la recherche d'une assurance pour nos véhicules, document indispensable pour les sortir du port. A pied, en taxi, de nouveau à pied, nous nous nous rendons dans plusieurs bureaux, mais le troisième sera le bon. Une pluie diluvienne s'abat sur la ville et je me dépêche d'aller déménager. Après-midi consacré à une petite balade dans la vieille et un temps de repos sous le ventilateur.

 

 

 

 

 

 

 

femmes cunas en ville

 

 

 

 

 

 

 

 

vue sur le Biomuseo ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

... depuis mon balcon!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 24 mai 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En taxi, je me rends aux écluses de Miraflores qui permettent aux navires de sortir du canal et de pénétrer dans l'Océan Pacifique. Un cargo met environ 8 à 10 heures à parcourir le canal et les écluses (Gatun, côté Atlantique, Pedro Miguel et Miraflores côté Pacifique). La partie centrale du canal est constituée d'un immense lac artificiel alimenté par 22 rivières, le lac Gatun, à 26 mètres au-dessus du niveau de la mer. C'est lui également qui alimente les écluses en eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les petites locomotives électriques tirent et freinent les navires

 

 

 

 

 

 

Une grande terrasse permet de voir le mouvement des navires qui sont d'abord habilement poussés par des remorqueurs dans les écluses bien trop étroites pour les bâtiments actuels. Puis, de petites locomotives électriques (de 6 à 8 par bateau), les tirent et les immobilisent dans les écluses. Il y a deux bateaux qui pénètrent dans les écluses au moment où j'arrive.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les énormes portes  sont d'origine

 

 

 

 

 

 

 

 

ce navire est hissé jusqu'à la hauteur du lac (26m au-dessus du niveau de la mer) et va continuer vers l'Atlantique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée est très intéressant et bien mis en scène. Un film en 3D reprend l'histoire du canal. Tout cela est passionnant.

En sortant, je vois le Bus panoramique qui propose des tours de ville et je le prends pour aller sur le Causeway, une digue-route qui relie trois petites îles, construite avec la terre et les pierres d'excavation du lac. La vue sur le panama moderne de l'autre côté de la baie est superbe. L'orage arrive et le ciel devient très sombre.

 

 

 

au premier plan, la vieille ville et sa cathédrale aux tours blanches

 

 

 

 

 

 

 

 

le ciel d'orage gomme les gratte-ciel

 

 

 

 

 

A l'entrée du Causeway, le Biomusée, un bâtiment superbe et très coloré, n'est hélas pas encore ouvert. Balade sur l'île Flamenco et retour à pied sur l'île Perico où je reprends le bus, qui passe sur la route en demi-cercle plantée dans la baie et qui fait le tour au large de la vieille ville (on hésite entre l'admiration et le rejet dune telle voie de circulation!).

 

 

 

Le Biomuseo, pas encore ouvert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l'île Flamenco

 

 

 

 

 

 

 

le pont "Las Americas"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HLM, d'accord, mais en front de mer

 

 

 

 

 

 

 

la route sur pilotis qui fait le tour de Casco Viejo dans la baie

 

 

 

 

 

 

 

 

Casco Viejo vu de la baie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le Palais du Gouvernement

 

 

 

 

 

 

Dimanche 25 mai 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 10h45, je prends le premier bus panoramique de la journée qui passe par Casco Viejo et découvre avec plaisir (…) un grand centre commercial « Multicentro » plutôt calme en ce dimanche. Je vais acheter un nouveau sac à dos, car celui qui m'accompagne partout depuis bien des années est inutilisable car la fermeture éclair est cassée. Dommage.

Ensuite, je prends l'autre bus panoramique qui va à Panama Viejo : les ruines de la première ville fondée par Balboa, au bord de la vaste baie où l'amplitude de la marée est, paraît-il, la plus grande au monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il reste des pans de mur (l'endroit ayant servi de carrière de pierres) des 3 couvents et la tour de la cathédrale. C'est un lieu de promenade pour les familles panaméennes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme je ne suis vraiment pas en forme, je reprends les 2 bus à la suite et complète le tour de la ville en visitant « la cuidad del saber », la ville du savoir, lieu de résidence des étatsuniens quand ils dirigeaient le Canal : belles maisons, terrains de sport, écoles, etc. …

 

 

 

 

moins glamour

 

 

 

 

 

 

 

un fort beau monument

 

 

 

 

 

 

 

 

ces portes permettent d'évacuer un trop-plein d'eau du lac Gatun

 

 

 

 

 

 

 

détail de la cathédrale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la cathédrale

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 26 mai 2014

Départ très matinal vers la gare qui se trouve non loin du port. Certains porte-containers sont tellement gigantesques qu'ils ne rentrent pas dans le canal. Alors, tous leurs containers sont déchargés, mis sur le train, envoyés à Colon et rechargés sur une nouveau bateau (ou alors l'inverse). Du lundi au vendredi, un train de passagers part à 7h15 et revient à Panama City en fin d'après-midi. Le parcours en est très intéressant : on longe d'abord les écluses de Miraflores et de Pedro Miguel, puis, à travers la jungle , on suit une digue étroite en plein dans le lac jusqu'à Gatun et la gare de Colon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

port San Cristobal à Colon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Là va commencer le parcours du combattant pour récupérer les camping-cars... Un chauffeur de taxi va nous aider toute la journée (pour un prix conséquent) à nous y retrouver dans les arcanes de la douane et des bureaux du port de Manzanillo. Une fois tous les cachets réunis sur l'original du bill of lading, on apprend qu'on doit aller au port RoRo et donner nos clés car il est totalement interdit d'y pénétrer !!! Voilà bien une nouvelle, qu'elle est bonne !

Comme Rudi a des « sécurités » sur son véhicule, il affirme être le seul à pouvoir le faire démarrer, alors on imagine un autre moyen : puisqu'on ne peut pas entrer dans le port, il faut que ce soit le container qui en sorte avant d'être ouvert sur un terrain « neutre ». On recommence un parcours avec un transporteur, mais le dernier douanier oppose un refus catégorique à cette manoeuvre en raison d'impôts qu'il nous faudrait acquitter …

 

Il est déjà si tard que le port va fermer et qu'on devra recommencer demain. Quelle purge !

 

Mardi 27 mai 2014

Après une nuit moyenne à l'Hôtel International (où on ne peut même pas avoir internet), on est de nouveau chez Seaboard Marine à 8 heures. Un des employés, un peu plus sympa que ls autres, va tenter de faire entrer Rudi dans le port en négociant avec des responsables et en lui faisant obtenir un laisser-passer. En fait, tout ceci se révélera une vaste farce puisque Rudi ne pourra absolument pas entrer dans le port, attendra des heures au soleil et devra finalement remettre nos clés aux douaniers ! Ceux-ci feront une fouille complète de nos camping-cars en faisant quelques dégâts et en laissant des traces de main sale partout. Ce n'est qu'à 16h05 que nous pourrons quitter le port de Manzanillo (qui ferme à 16 heures) au volant de nos chers véhicules retrouvés.

On pensait naïvement que le plus dur était fait à Cartagena et que les formalités à Colon seraient simples, c'est bien le contraire qui s'est passé, mais de cela notre agent colombien ne nous avait absolument pas avertis, bien au contraire.

 

En voulant repartir du supermarché où on a fait quelques courses, mon Sprinter ne veut de nouveau plus démarrer à chaud ! Mais quelle purge, il va falloir retourner chez Mercedes à Panama City...

 

 

 

 

la route de Fort Scherman traverse les écluses

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soirée et nuit calme dans la belle Marina Schelter où, sans être vraiment autorisés à stationner, nous profitons des sanitaires et de la vue sur les bateaux.

 

 

maisons abandonnées et démenbrées de fort Scherman, qui fut un camp d'entraînement "jungle" US

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marina Schelter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

joli phare, type "Eiffel"

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 28 mai 2014

En quittant la marina par la route qui traverse la jungle, on s'arrête alertés par les cris des singes hurleurs. Ils sont plusieurs, tout au bord de la route et pas très haut dans les arbres. Quelle chance !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les écluses de Gatun sont très intéressantes car on est très, très proches des navires. Il y en a plusieurs qui vont les franchir dans les 2 sens pour notre plus grand plaisir. Un guide très sympathique nous donne des renseignements : par exemple un porte-container qui passe devant nous a payé 360.000$ cash, alors qu'un catamaran a acquitté 700$. Tous ont des pilotes à bord sur tout le parcours. Je pourrais passer des heures ici !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

celui-ci est au niveau du lac et se dirige vers le Pacifique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je quitte Berlinda et Rudi qui doivent se hâter quelque peu car ils quittent San José au Costa Rica le 11 juin pour la Belgique. On a vécu de belles aventures ensemble.

 

La route vers Panama City traverse la jungle, mais après on se retrouve dans des embouteillages invraisemblables dus aux travaux, aux péages et à la circulation intense de la capitale. Je vais en faire l'expérience pendant 3 heures, passées à chercher désespérément le garage Mercedes. A un certain moment, je serai tout près (mais il n'est pas visible de la route principale) et les « voisins » n'en connaissant même pas l'existence.

Découragée, je retraverse péniblement la ville pour aller bivouaquer à Amador. Le lieu connu des voyageurs est désert, alors je vais sur l'autre île où je vais passer la nuit sur le parking de la « Beach house » pas loin de l'embarcadère pour l'île Taboga.

 

Jeudi 29 mai 2014

Par chance, Berlinda m'a donné une liste de bivouacs de voyageurs suisses en Sprinter qui ont passé la nuit sur le parking du garage Mercedes, j'ai donc les coordonnées et vais pouvoir y aller les doigts dans le nez !

Le chef d'atelier ne peut m'aider immédiatement car il s'en va faire une intervention avec le scanner, mais il sera de retour dans l'après-midi. Je négocie de pouvoir passer la nuit là si besoin.

Comme je suis de plus en plus malade, je me rends dans un mall assez proche et obtiens d'une pharmacienne des antibiotiques (5 cachets non sécables, surdosés, un par jour!), efficaces d'après elle, et du sirop.

Les bougies de préchauffage sont changées sur les 5 cylindres (bien que l'une d'elles soit neuve) et il est déjà plus de 18 heures quand c'est terminé. Je passe donc la soirée et une nuit très fiévreuse sur le parking (gardé) du garage.

Vendredi 30 mai 2014

Le chef d'atelier m'a vivement conseillé de changer la batterie moteur qui est un peu épuisée (elle a 4 ans, ce qui le laisse abasourdi!). J'attends donc la venue d'un camion plein de batteries puisqu'il m'en faut une de 100 ampères, non disponible dans le garage.

Ce n'est qu'à plus de 11 heures que je reprends la route et quitte sans trop de circulation Panama City en passant par le Puente Centenario, qui commémore les cent ans du Canal.

 

 

 

le pont suspendu du centenaire


Publié à 18:55, le 3/06/2014, dans Panama, El Valle
Mots clefs :



bon rétablissement

18:57, 7/06/2014 .. Publié par Anne et Jac
Bien intéressant ce canal de Panama. J'espère que tu vas mieux, bises de nous 2

{ Page précédente } { Page 131 sur 243 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Alaska
Argentina 5
Argentina 6
Argentine 1
Argentine 2
Argentine 3
Argentine 4
Belize
Bivouacs
Bolivia 1
Bolivia 2
Bresil
camping car
Canada 1 et 2
Canada 3
Chili 1
Chili 2
Chili 3
Chili 4
Colombie
Costa Rica
Cuba
El Salvador
Equateur
Guatemala
Honduras
MAROC hiver 2017
Mexique
Mexique 2
Mexique 3
Nicaragua
Nouvelle Zelande
Panama
Paraguay
Perou
Preparatifs
Traversee a bord du Grande Congo
Traversee de Cartagena a Panama
Uruguay
Uruguay 2
Uruguay 3
USA 1
USA 2
USA3

Derniers articles

Nord Express
De la vallée du Draa à Tafraoute
La vallée du Dadès et Ouarzazate
Maroc : Neige et dunes
Maroc ; Les viles impériales

Sites favoris

Bivouacs de voyageurs i Overlander
Expéditions5
Blog de Véronique et Patrice
Village amazonien avecLodge
Camping à Ibarra
Overlander Oasis, camping à Oaxaca
Super spot nord Costa Rica
Louis et Danièle Lalaguna
Marie-Jo et Claude, voyageurs impénitents épris d'oiseaux
Christine et James, Toyota + Azalaï

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email